Skip to content

Paris Project/Distribution: ITW Adeline Monzier

septembre 1, 2009

En parallèle des conférences et workshops sur la distribution organisés par Europa Distribution, nous avons rencontré Adeline Monzier, déléguée générale depuis la création en 2006. Europa Distribution est un syndicat de distributeurs indépendants européens, créé sur le principe de DIRE (syndicat de  distributeurs indépendants français). Régine Vial des Films du Losange et Antonio Medici de BIM Distribuzione dirigent le conseil d’administration, tandis que les frères Dardenne en sont les présidents d’honneur.

Quels sont les objectifs de Europa Distribution ?

Il y a deux objectifs principaux : le lobbying pour représenter les intérêts des distributeurs européens auprès de Media (http://ec.europa.eu/information_society/media/index_fr.htm)  et de Bruxelles, et la mise en réseau des distributeurs.

En ce qui concerne le lobbying, nous avons beaucoup travaillé sur les aides à la distribution, afin de proposer des réformes. Media a ainsi intégré dans le soutien automatique depuis 2008 une dégressivité avec un soutien supérieur sur les premières entrées, et un plafond qui dépend de la taille des pays avec la création de quatre groupes afin que ce soit plus réaliste au niveau de chaque marché. En effet, un succès en Pologne n’est pas de la même ampleur qu’un succès en France ou au Royaume-Uni. Le but est d’homogénéiser les aides afin que les distributeurs en profitent, proportionnellement à leur part de marché.
En ce qui concerne la mise en réseau, nous avons commencé à organiser des événements professionnels en 2007, avec les festivals d’Annecy (http://www.annecy.org), de Paris Cinéma ou d’Estoril (http://www.estorilfilmfestival08.com/). L’idée est d’apporter des tendances générales et de faire des études de cas sur les sorties des films, et surtout de mettre les distributeurs en contact, afin qu’ils puissent échanger de manière informelle.

Aujourd’hui, 75 distributeurs européens font partie de Europa Distribution, avec 10 nouveaux adhérents en 2009 (sur une totalité de 300 distributeurs). 19 pays sont représentés. Nous essayons de pousser pour qu’il y ait davantage de pays non membres, comme l’Estonie, les Pays Baltes, la République Tchèque, nous les invitons à nos événements afin de leur exposer nos actions. Il y a une quarantaine de distributeurs qui sont vraiment actifs, les autres sont intéressés par notre activité et par le fait d’être impliqués au niveau politique.

Quels sont les enjeux que vous défendez ?

Le numérique est l’enjeu n°1. Nous sommes présents dans le groupe de travail de Media. Dans la mesure où le passage au numérique est inévitable, il ne doit se faire au détriment de personne, il y a donc une solidarité à mettre en place. Nous considérons donc que le producteur doit prendre en charge les frais de création de master, le distributeur doit être prêt à financer l’équipement en salle via une contribution numérique sur le modèle du VPF (Virtual Print Fee) . Mais les VPF coûtent 700€ par salle et il faudrait que le distributeur paie cette somme à chaque fois qu’une nouvelle salle est programmée. C’est une somme beaucoup trop élevée. La VPF doit être modérée et raisonnable en fonction des profils des distributeurs indépendants. Dans le modèle français, il y a le CIN (Collectif Indépendant pour le Numérique) dont font notamment partie DIRE et l’AFCAE (http://www.art-et-essai.org/accueil.htm), qui a déterminé une contribution numérique plus raisonnable autour de 400€. Et enfin, la salle doit prendre en charge une partie des coûts. C’est ce système que nous défendons auprès de Bruxelles et de nos homologues européens. Il faut encore former les gens sur ces questions, et se mettre d’accord sur les principes. Le problème vient principalement des tierces parties, comme XDC ou Access, qui ont adapté le modèle américain et proposent aux salles les équipements numériques : il n’y a pas de régulation, ce sont des offres privées. Certaines clauses dans les contrats signés entre tierces parties et filiales des majors européennes semblent poser des problèmes de concurrence, c’est pourquoi Europa Distribution a écrit à la DG Concurrence en avril pour ce problème qui risque de nuire aux indépendants. LA DGE se penche actuellement sur la question. C’est plutôt une bonne nouvelle même si la situation est bloquée. Si les tierces parties signent des accords avec les salles, les distributeurs vont être obligés de payer, ils n’auront plus le choix. Au niveau français, avec le CIN, et au niveau européen avec Europa Cinémas (http://www.europa-cinemas.org/), nous essayons d’avoir une ligne directrice à défendre.
Si le numérique est notre dossier le plus important en termes de lobbying, les autres enjeux, que nous défendons, le sont tout autant : le soutien à la distribution, la VOD et les licences multi territoriales entre autres.

Quel est le bilan que vous tirez sur l’action de Europa Distribution ?

En 3 ans, au niveau politique, nous avons réussi à être un interlocuteur obligé pour toutes les questions ayant trait à la distribution indépendante. Nous avons créé un réseau qui n’existait pas avant : les distributeurs sont contents de se voir et d’échanger sur leur activité. Il y a aussi un réel gain de formation des distributeurs : à Estoril, l’année dernière, il y avait un échange d’informations sur la sortie d’un film en numérique.
En ce qui concerne Cidinet, c’est encore à l’état de bêta, qui fonctionne pour les membres, mais qui n’est pas encore ouvert pour les autres professionnels. Il reste un travail de compilation de données à faire d’ici décembre, afin d’organiser son lancement à Berlin en 2010.
Nous devons continuer à faire entendre la voix des indépendants qui ne l’est pas toujours, car ils ne sont pas assez représentatifs en termes de part de marché. Il est parfois difficile de peser dans les discussions car le poids économique n’est pas toujours là. De même, nous représentons 75 distributeurs, ce qui est beaucoup, mais qui n’est pas tout : il devient compliqué d’avoir de nouveaux membres. Nous arrivons à un seuil où nous devons convaincre d’autres distributeurs, alors que tous les enthousiastes de la première heure sont là, les indécis aussi. Nous restons faibles sur certains pays, comme l’Allemagne où nous n’avons que 3 4 membres. Avec Cidinet, nous espérons toucher d’autres distributeurs dans des territoires majeurs.

Quel est le retour des distributeurs sur les conférences organisées sur la distribution pendant Paris Cinéma ?

Nous n’avons pas encore de retour concret, mais les distributeurs étaient très intéressés par la présentation des cas de sorties de films, que nous avons lancé récemment en juin à Annecy. Par exemple, le distributeur polonais de Antéchrist qui a expliqué sa stratégie axée sur les multiplexes et le positionnement du film en horreur, a inspiré le distributeur hongrois présent dans la salle. Nous en sommes vraiment à l’étape de l’information, l’objectif étant de coordonner davantage les sorties dans le futur, même si cela reste informel.

Quelles sont les perspectives et orientations pour les prochaines années ?

L’année prochaine, nous allons reconduire les ateliers Sin Fronteras (http://www.cinesinfronteras.org/content/presentation-du-projet-cine-sin-fronteras), à Toulouse en mars et au Chili en octobre 2010, en axant davantage sur la formation, le coaching, avec un public plus ciblé de jeunes professionnels, et mettre l’accent sur Cidinet qui va être un outil utile.
Nous venons de présenter un projet à Media avec CN Films (qui en est le coordinateur), société de conseil technique et financier dans la distribution numérique, afin d’aider les distributeurs et producteurs à créer les masters numériques et sortir les films en numérique. L’objectif est de créer une bibliothèque numérique qui rassemblerait les informations sur les masters qui existent, afin d’éviter les doublons. Nous aurons une réponse en novembre.

29 juillet

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :