Skip to content

PTTP : Production et marketing 2.0 (3/7)

décembre 10, 2009

Avec The Artists (thriller transmedia), Peter de Maegd nous a expliqué comment il est parvenu à utiliser le public, non seulement dans la distribution et le buzz associés à ce thriller 2.0, mais également dans la narration même, les contenus UGC (User Generated Content) venant enrichir le scénario utilisé en TV. En maximisant la présence de l’univers du thriller au-delà des frontières du petit écran, ce producteur belge est ainsi parvenu non seulement à engager des nouveaux partenaires dans le plan de financement de cette œuvre multi support (notamment des FAI et les internautes), mais également à utiliser une certaine notion d’intelligence collective dans le processus narratif, tout en s’appuyant sur les outils communautaires pour développer le marketing de l’œuvre.

Côté espagnol, l’énergie et l’enthousiasme de Nicolas Alcalà (de la société Riot Cinema Collective, RCC) ont séduit l’auditoire. Ce jeune producteur a fait la promotion des licences Creative Commons pour expliquer sa démarche dans le développement du projet El Cosmaunauta. Utilisant le crowdsourcing (les internautes sont invités à devenir producteurs en investissant à partir de 2 euros dans le projet, et plus l’investissement est grand, plus les internautes seront associés au projet et /ou, bénéficieront de goodies exclusifs (teeshirts, DVD…)), les contenus produits par RCC sont protégés par les licences Creative Commons (qui permettent à chacun de monter, copier, remixer et faire partager le film gratuitement, à condition de re-labelliser l’œuvre ainsi créée avec la même licence, et à toujours créditer les talents concernés).

Dans une utilisation beaucoup plus marketing du transmedia, Benjamin Seikel a présenté une stratégie de communication/production originale mise en place autour d’un film qu’il a produit, et qui met en scène une jeune berlinoise hype : Roula Rouge. En prolongeant l’univers de Roula en ligne, via son blog, ses photos, son journal intime…, l’actrice met en scène la vie de son personnage dans la vraie vie : ses fans peuvent ainsi la retrouver en soirée, à des événements privés, acheter en ligne des produits associés à la marque Roula, et ce plusieurs semaines avant la sortie nationale du film. Brouillant encore un peu plus les frontières entre la fiction, la télé réalité et le branded content, Benjamin Seikel s’appuie notamment sur les réseaux communautaires et la création d’un lien avec une audience captive pour créer l’événement autour de la sortie du film (campagne amorcée 25 semaines avant la sortie salle).

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :