Skip to content

Portrait : Alexandra Lebret, directrice générale du Club des Producteurs Européens

janvier 5, 2010

Le Club des Producteurs Européens (European Producers Club) est, comme son nom l’indique, une association de producteurs européens, dont l’objectif est avant tout de faciliter les échanges et les coproductions entre les membres, mais aussi d’être une force de proposition auprès des institutions afin de défendre les intérêts des producteurs, à l’échelle européenne. Créé en 1993, le Club, présidé cette année par Martin Mozkowicz de Constantin Film (Allemagne), compte 50 membres. Avec l’ECN – European Cinema Network, mini Facebook qui permet à ses 75 membres de mieux communiquer entre eux, et le WCN – Worldwide Cinema Network (la version mondiale ouverte aux sociétés qui ne font pas partie du Club), l’idée est de proposer aux producteurs des outils facilitant la communication et l’échange d’information. Knowledge is power pourrait être leur devise.

A l’heure du post Réveillon, du sommet de Copenhague et d’une année 2010 forte en projets pour le Club, nous avons rencontré Alexandra Lebret, directrice générale, qui nous raconte son parcours, son quotidien et les enjeux pour les années à venir.

Bonjour Alexandra, racontez nous votre parcours avant d’avoir rejoint le Club.

Quand j’étais petite, je voulais être présidente de la République. On m’a dit “c’est pas pour les filles”. Bon, ensuite je voulais être actrice, mais je me suis rendue compte que ce n’était pas pour moi non plus. Finalement, je voulais être étudiante. J’ai tenu bon jusqu’à 28 ans. A partir de ce moment là, je me suis décidé à travailler et j’ai intégré la société UGC pour le développement des multiplexes en France, Italie et Espagne. Je suis plus tard devenue responsable du développement du réseau des salles en Espagne. Cela a été très formateur et passionnant, j’y suis restée 6 ans, mais je passais ma vie dans les aéroports, donc j’ai décidé de changer de vie.

Je me suis donc lancée dans l’entrepreneuriat avec Zurban, puis dans le lancement d’un site de diffusion de films Libera Films en 2000 avec Eric Névé et Stéphane Dottelonde, mais c’était un peu tôt pour le marché et les spectateurs. J’ai donc décidé de revenir au cinéma et j’ai créé une société de production pour les nouveaux formats pour le net en 2001, mais c’est à ce moment que la bulle internet a explosé et mes contrats avec. Ainsi, fin 2001, Jean Cazès m’a proposé de rejoindre le Club des Producteurs Européens, d’une manière souple.

Quelles sont les principales actions que vous avez menées ?

A l’époque, les actions n’était pas très développées, et le Club agissait principalement en tant que levier politique. J’ai donc décidé de développer le côté business en imitant la formule de Rotterdam que je trouvais très au point, à l’exception de deux aspects : j’ai enlevé les pitchs des projets et les rendez-vous fixes entre les producteurs, car s’ils n’ont rien à se dire, 30 minutes c’est très long, et au contraire, cela peut être trop court… J’ai donc mis en place les Forums de coproduction lors des festivals. Cela a bien fonctionné, Media nous a suivis et mon temps partiel est devenu un temps très plein !

Ainsi, ces dernières années, un des axes principaux a été l’exploration de nouveaux marchés et le Club s’est vraiment spécialisé sur le hors Europe. On a développé une vraie expertise sur la Chine et l’Inde, en créant des synergies entre les producteurs. Les autorités chinoises sont très satisfaites des conférences que nous mettons en place, et les producteurs également. Un des exemples est le film Jade Warrior, qui est une coproduction sino-finlandaise acheté par Rezo Films.

Enfin, nos actions de lobby sont primordiales pour défendre les intérêts de nos membres, même si cela reste très difficile de mobiliser les producteurs sur des questions d’intérêt général, car ils n’ont pas le temps et de nombreux soucis à régler au quotidien. Nous faisons preuve de beaucoup de pédagogie pour rendre simples les questions européennes complexes, afin de leur expliquer ce qui va les toucher demain. Ce qui nous tient à coeur, ce sont les licences multi-territoriales, car la création d’un marché commun ne doit pas se traduire par un rétrécissement au niveau des recettes (les recettes sont homogénéisées) et de la langue (tout le monde tourne en anglais). Les autres sujets que nous défendons tout particulièrement sont le passage au numérique, la mise en place des traités bilatéraux avec les pays tiers. Comme il n’y a pas de juriste au Club, j’ai décidé d’adopter le point de vue concret des producteurs dans nos prises de position, afin de parler d’une vraie réalité.

Quelle est votre actualité ?

Le prochain marché où nous nous déplacerons est la Berlinale, où nous organisons un forum de coproduction, nous faisons venir une délégation de producteurs venant de Chine et d’Abu Dhabi pour deux journées de conférences. Pour la première fois, nous y organisons notre dîner de Gala qui a lieu à Cannes habituellement. Et fin février, nous nous rendrons à Bombay avec une délégation de producteurs européens, grâce aux subventions de Media International. Nos échanges avec la Chine et l’Inde se révèlent vraiment fructueux.

Quels sont les enjeux à venir ?

Renforcer notre assise sur les trois réseaux, renforcer notre assise politique au moment ou les enjeux deviennent cruciaux pour notre industrie. Les changements auxquels nous avons à faire face sont nombreux et multiples : piraterie, nouveaux modes de diffusions, nouveaux business models… la seule réponse que nous pouvons y apporter est d’être unis et créatifs. C’est ce que nous essaierons de mettre en place.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :